Luigi Gaggero

Conductor, Cimbalom Artist, Percussionist

clip_image002

Les compositeurs ont commencé à s’intéresser au cymbalum seulement au cours de ces dernières années, en dépit de son origine ancienne. Ce n’est pas seulement son timbre caractéristique, mais plus certainement la grande fascination pour la musique de György Kurtág, lequel a montré de l’intérêt pour cet instrument en l’utilisant dans plusieurs de ses compositions, qui explique l’engouement pour le cymbalum. Les ancêtres du cymbalum remontent au Moyen-Âge. Le qânun, instrument originaire du monde islamique, constitué de cordes en boyau frappées par un plectre, est le précurseur immédiat du psaltérion. Ce dernier, déjà cité dans la Bible, est arrivé en Europe probablement au XIème siècle. On trouve une première représentation du psaltérion sur la porte de l’église de Saint-Jacques de Compostelle (1184). Le psaltérion se diffuse dans plusieurs pays, et au contact de cultures diverses il subit des modifications qui furent à l’origine d’autres instruments très différents les uns des autres par leur sonorité, mais semblables par leur structure. Par exemple, en Grèce, Turquie et Perse, on trouve le santur, en Russie le gusli, en Allemagne le Hackbrett et en Hongrie le cymbalum (il est à noter que suivant les instruments les cordes sont pincées ou frappées. Dans d’autre cas, comme en Italie, elles sont pincées et frappées). Au XVIIIème siècle, le cymbalum fait définitivement partie des orchestres tsiganes auxquels il donne une couleur unique. Au siècle suivant, Ferenc Erkel et Franz Liszt lui confèrent le ‘statut’ d’instrument de concert. Cette évolution a été également possible grâce à plusieurs innovations : des pieds ont été ajoutés à l’instrument ainsi qu’une pédale pour étouffer les cordes. Ces modifications furent apportées par le constructeur hongrois Vencel Jozséf Schunda et furent présentées au public à l’occasion d’une exposition à Kecskemét en 1872. Le cymbalum moderne a 133 cordes et une extension de presque cinq octaves ; il est normalement joué avec des baguettes en bois recouvertes de matériaux divers (par exemple, coton, cuir ou métal). Les premiers compositeurs non hongrois à valoriser le son caractéristique du cymbalum ont été Debussy et Stravinsky. Parmi les compositeurs contemporains citons Boulez, Dutilleux, Eötvös, Fedele, Ferneyhough, Francesconi, Gervasoni, Harvey, Hosokawa, Kagel, Solbiati et Stockhausen.

Swantje Richter